février 2017 L M M J V S D mercredi 01 jeudi 02 vendredi 03 samedi 04 dimanche 05 lundi 06 mardi 07 mercredi 08 jeudi 09 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14 mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21 mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
schedule_programme * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * / ,----------------, ,--------------------------------, + + + + + + + + + + + + + / / | accueil | | //_op_2_MAFIA_PIERRE_BONGIOVANNI_HOMEPAGE_ // | + + + + + + + + + + + + + / / '---------------------' '------------------------------------' + + + + + + + + + + + + + / / ,--------------------------------------------------, + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + / / | op_2_MAFIA_Bilingual_Transcription | + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + / / '-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------' + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + / * * * * * * * * * * * * * * *
  1. Tout www.criticalsecret.com
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *
.................................................................................................

MAFIA - CRITICALSECRET [RETRANSCRIPTION 1[1/2-R]

Intervenant: Pierre Bongiovanni's MAFIA Radio transcriibed and translated by Samy Hamidou

MAFIA - MODULE 1


Je n'ai pas de nom, pas d'identité, je ne suis pas tout seul, nous sommes nombreux à habiter la même personne, la même forme, le même visage, la même voix. Nous sommes nombreux tous étrangers, tous étrangers à nous même. Etrangers les uns pour les autres. Je n'ai pas d'identité. Je n'habite nulle part, je suis chez moi partout de préférence dans les hôtels. De préférence dans les hôtels de banlieues, modestes, de préférence dans les hôtels dont les fenêtres donnent sur les terrains vagues. Je suis toujours en transit, je ne sais même pas ce que je poursuis, et ni si je suis poursuivi. Je suis un clandestin. Aucun quartier aucune ville, aucun village, aucun lieu de repli, sauf parfois de vagues salles de fête, sauf parfois de vieilles salles de cinémas, où l'on passe des films qui n'intéressent personne...

(Silence)

Les centres villes d’aujourd’hui commencent à être gagnés par le bruit, les odeurs, la pollution. Ce qui était autrefois réservé aux villes pauvres, des pays les plus pauvres, contaminent aujourd’hui l’ensemble de la planète. Nous sommes en exil sur notre propre Terre. Les crimes que nous avons commis ont fait de nous des voyageurs, sans destination, nous échappons à toute possibilité de réprobation, de condamnation. Nous n'existons pas. Ce qui peut apparaître comme une fuite, n'est en fait qu'une fuite devant le vide, nous fuyons le vide, mais nous sommes dans le vide et nous sommes nous-même le vide. Le pire qui pourrait nous arriver est d'être capturé parce qu'alors, la capture signifierait pour nous une injonction nouvelle, celle à rejoindre le grand cirque et à y participer contre notre gré.

Les crimes que nous avons commis ont fait de nous des zombies. Pourtant, pourtant rien n'est plus naturel à l'espèce humaine que l'activité criminelle. Mais pourtant sous mes yeux de fuyard, ces activités criminelles se banalisent, se multiplient, se généralisent, se disqualifient elles-mêmes, tant elles relèvent aujourd’hui de l'ordinaire quotidien du plus simple citoyen du pays le plus neutre de la planète. Nous sommes une espèce galopante, en voie d'inadaptation complète au monde. D'ailleurs ce n'est plus le monde qui est en question mais notre capacité à l'oublier. On me parle parfois de ces savants choisissant l'exil et l'ermitage au plus secret de forêts profondes. Certains aussi, sans doute, doivent choisir des refuges au cœur même des accumulations urbaines. Le monde sera bientôt colonisé par des zombies.

Je voyage dans le monde entier pour finalement trouver le repos dans des lieux ordinaires.

Je voyage dans le monde entier.

Je voyage dans le monde.

Je voyage dans l’ordinaire du monde. / / / / /


________


I have no name, no identity, I am not alone and we are many to live in the same body, in the same shape, in the same face, in the same voice. We are many, all foreigners --all even foreign to us. Foreigner some for the others, I have no identity. I live nowhere; I am in my home everywhere --rather in hotels. Rather in the hotels of inner city, modest hotels, rather in the hotels with view on the waste grounds. I am always in transit, I don't even know what I pursue and nor if I am pursued. I am a clandestine. No district, no city, no village, no place to withdraw, except sometimes indeterminate festive rooms, except sometimes old cinemas, where we spend films which interests nobody.

( Silence )

The current city-centre begins to be reached by the noise, the smells, the pollution. What was formerly reserved for the poor cities, of the poorest countries, contaminate the whole planet today. We are in exile on our own Earth. The crimes which we committed make us travellers, without destination, we escape any possibilities of reprobation, condemnations. We do not exist. What can appear as a leak, is in fact a leak in front of the void, we flee the void, but we are in the void and we are ourselves the void. The worst which could arrive at us is the capture because then, the capture would mean for us, a new order: that to join the big circus and to participate in it against our will. The crimes which we committed made of us zombies. Nevertheless, nothing is more natural in the human race than the criminal activity. But under my fugitive's eyes, these criminal activities become commonplace, multiply themselves, become widespread, discredit themselves so much, they find place in the common daily of the simplest citizen of the most neutral country. We are rampant specie, in process of complete maladjustment to the world. Moreover it is not any more the world which is in question, but our capacity to forget it. Sometimes we speak to me about these learned choosing the exile and the hermitage in the most secret of the deepest forests. Some people also doubtless have to choose refuges in the heart of the urban accumulations. The world will be soon colonized by zombies.

I travel all over the world to find finally the rest in common places.

I travel all over the world.

I travel in the world.

I travel in the common of the world.

MAFIA [homepage] L'OEIL ECOUTE / THE EYE LISTENS

/ + / + / + / + / + / + / +
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Creative Commons License
Sous réserve des copyrights éventuels des citations externes à être signalés et des documents du domaine public : partage et téléchargement libres des contenus autorisés de PODCAST TOAMEME PODCAST YOURSELF--PODCASTOAMEME criticalsecret.com et www.criticalsecret.com/n15/ FR ISSN 1769-7077 Thematic serial of unpublished Radio and Video Podcasts more Information by par © criticalsecret mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d'Utilisation Commerciale-Pas de Modification 3.0 Unported. TRANSLATE_GOOGLE. Contact: aliette.guibert [At] gmail.com

W3C XHTML validator W3C Rss2 validator


Site généré avec LoGz by Loz http://www.logz.org, Copyleft Licence Art Libre | site map
* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * nombre de requêtes 11